Le chevalier à l’Ardent Pilon

 

Les spectateurs entrent dans la salle de spectacle et s’installent pour assister à une pièce. Sur la scène, on peut lire le titre « La Marchande de Londres ». Le spectacle commence. Soudain deux riches commerçantes protestent bruyamment . Dans ce théâtre on ne ferait que se payer la tête des bourgeois depuis des années. Elles soudoient alors la patronne des comédiens et demandent que leur commis Ralf intègre le spectacle pour défendre leur corporation…

Une double partition sera jouée entre le commis épicier devenu chevalier et les comédiens de la pièce « La Marchande de Londres » qui acceptent bon gré mal gré d’improviser à partir de leur propre texte sur les propositions de jeu délirantes de Ralf, ” le Chevalier à l’ardent pilon”.

Trois niveaux de jeu vont se télescoper durant le spectacle : la pièce « La Marchande de Londres » (jouée en costumes modernes d’un Londres imaginaire des années soixante), pièce élisabéthaine à la manière de Shakespeare, avec d’autre part l’histoire improvisée de Ralf (roman de chevalerie joué de manière décalée ) et ces deux commerçantes riches se trouvant dans la salle. Les trois parties vont progressivement fusionner provoquant un chaos hilarant.

Pièce sur le pouvoir et l’argent. Mais le drame côtoie vite la farce et le burlesque. Les personnages ne sont pas des héros. Leurs calculs, leur veulerie, leur férocité les rendent particulièrement humains. Le plaisir vient de là. Nos arrière, arrière, arrière,… -grands-parents nous ressemblent étrangement.

Spectacle tous publics

Texte : adaptation libre de la pièce de l’auteur anglais Francis Beaumont publiée en 1607

Distribution : Maud Chesneau, Élisabeth Frévin, Julien Malot, Sylvie Mazoyer, Alain Parrot, Aurore Stréby, Catherine Thiery, Jocelyn Vérité

Lumières: Bernard Durupt

Sons: Pascal Arquillère

Affiche et aide au décor: Evelyne Lagnien

Mise en scène: Jean- Pierre Durand , Bernard Daisey

Durée du spectacle : 1h40

Première du spectacle à l’Espace Baudelaire (Dijon):

vendredi 31 janvier 2020, 20h

Comédies Tragiques

Le théâtre, la vie réelle..
La vie rêvée, est-ce un duel ?
Catherine ANNE nous emmène dans une vie de théâtre, ou peut-être dans le théâtre de la vie.

Envie de théâtraliser notre vie “quotidienne” et ses misères, les rigidités des nouveaux codes de survie, de Pôle emploi au bureau de poste, du studio de télévision au ministère, de l’entreprise à l’école.

Une pièce chorale

Sorte de travelling théâtral dans la société d’aujourd’hui, Comédies tragiques, exprime, avec vivacité, le combat de l’être humain face à des pouvoirs, écrasants ou dérisoires. Grinçant, violent, drôle.

Synopsis

L’action commence sur la scène du Grand Théâtre que des manifestants viennent d’envahir. Ils ont réussi à passer les cordons de CRS, et se retrouvent face aux spectateurs, qui attendent le début d’une représentation du Cid de Corneille. L’action finit sur la scène d’un théâtre, juste avant la création annoncée de Comédies tragiques.

Entre ces deux scènes, nous nous éloignerons beaucoup des théâtres, et suivrons, dans leurs batailles tragi-comiques, plus d’une trentaine de personnages. Chez eux, dans une agence de Pôle emploi, dans un studio de télévision, dans un bureau de Poste, dans un Ministère, dans une entreprise,…

Texte : Catherine Anne
Distribution pour Comédies tragiques : Maud Chesneau, Jean-Pierre Durand, Élisabeth Frévin, Jean-Claude Lardy, Alain Parrot, Benjamin Prost, Annie Sautereau, Catherine Thiery, Jocelyn Vérité
Voix de l’enfant : Gabin Tillier
Régie : Bernard Durupt et Pascal Arquillère
Visuels : Evelyne Lagnien
Constructions : Michel Vérité

Mise en scène: Jean- Pierre Durand

Durée du spectacle : environ 1h40

Première à l’Espace Baudelaire à Dijon le 27 avril 2018.

Le flyer du spectacle

Les dates

Galerie Photos

Bonjour !

Le Théâtre du Claqsin est une troupe de théâtre amateur de Dijon.

La compagnie a la volonté de proposer des spectacles qui s’inscrivent dans la réalité d’aujourd’hui, qui servent de catalyseurs, dans lesquels chacun peut se reconnaître, découvrir ou redécouvrir ses aspirations, ses désirs et leur confrontation face aux exigences et à la complexité du monde contemporain.

Dans la joie et la bonne humeur

Comédie sur la vie d’une entreprise, du salarié de base au directeur des ressources humaines sans oublier les demandeurs d’emploi.

Mais quand on licencie ou délocalise, que devient l’individu, que deviennent le couple et la vie familiale ?
Un spectacle à l’humour grinçant, au rythme effréné d’une vingtaine de scènes, pour la plupart très courtes et percutantes…à l’image du monde d’aujourd’hui où tout  s’accélère, où il faut paraître et surtout être efficace.
Une course ponctuée de moments drolatiques, chargés d’ironie et d’émotions, course qui semble ne jamais vouloir s’arrêter, course sans retour en arrière…car comme le dit l’un des personnages :

« Vous avez déjà vu des poissons rouges qui regardent dans le bocal derrière eux pour retrouver leur route ?  »

Texte : Sylvain Levey
Mise en scène et scénographie : Jean-Pierre Durand, Evelyne Lagnien
Lumière : Bernard Durupt
Création musique et régie : Philippe Loisel, Pascal Arquillère, Lionel Durupt
Jeu : Alain Parrot, Annie Sautereau, Catherine Thiery, Céline Tillier, Élisabeth Frévin, Jocelyn Vérité, Maud Chesneau, Noémie Loisel

Durée du spectacle : 1h25

Tu t’es déjà posé la question ?
Non !
Jamais ?
C’était quoi la question ?
La question c’est pourquoi ?
Pourquoi quoi ?
Pourquoi on fait tout ça ?